Vous n’avez pas échappé aux repas de fêtes de fin d’année. Vive la détox !

Voici quelques conseils pour démarrer l’année en beauté et oublier le syndrome du ventre ballonné, les tensions abdominales et la digestion ralentie voir douloureuse. Et en plus si vous avez pris quelques kilos.

On va parler d’une légère  détox, pas la grosse qui chamboule tout mais une petite cure vite fait bien fait.

Petite car  il ne sera pas question de palier ou remédier à un rééquilibrage profond ou thérapeutique mais bien d’éliminer rapidement nos petits et grands excès de ces derniers jours de l’année.

Des recettes ; il y en a a foison. Et elles sont plus ou moins bonnes en fonction de chacun. Donc l’important ce n’est pas « l’astuce », « le truc » mais comprendre comment ça fonctionne et pourquoi le faire.

Après ce tsunami alimentaire et cet Hiroshima de boissons alcoolisées ou sucrées on va  : 

1- Je relance mon système digestif en douceur

Moi, je commence ma  journée par 2 grands verres d’eau tiède, parfois avec un reste de tisane diluée ou je presse un demi-citron ou j’y ajoute une cuillère à café  de vinaigre de cidre.

C’est une question d’habitude et de ressenti. Si j’ai bu de l’alcool, le vinaigre risque d’être atomique mais si j’ai mangé gras ça va bien fonctionner.

Rien de tel pour éliminer les déchets de la veille, nettoyer l’organisme et aider une digestion parfois lente.

Le verre d’eau tiède le matin c’est d’ailleurs devenu mon rituel bien-être. 

2- Je passe à une alimentation plus légère 

Votre système digestif a été lourdement sollicité, mettez le au repos. 

Personnellement, quand arrive le temps du repas je me pose la question « est-ce que j’ai faim ? » 

Souvent c’est non. J’ai la bouche pâteuse, envie de boire, je suis barbouillée, je sens bien qu’un truc retiens mon attention mais … ce n’est pas la faim ! 

Du coup je suis a fond sur les jus, légumes fruits, racines … tisanes et eau.

Si vous sentez que vous pouvez manger faites une pause avec les protéines animales surtout la viande rouge et bannissez la le soir, elle est extrêmement difficile à digérer.

Préférez les légumineuses type lentilles, pois cassés ou pois chiche.

Pensez à les faire tremper la veille et à les rincer avant de les faire cuire, elles seront plus digestes.

Augmentez de 50 % votre consommation de crudités ou légumes vapeurs pour faire le plein de vitamines et minéraux. Leur apport en fibres est également intéressant pour favoriser un transit optimal et sain.

Oubliez quelque temps les sucres rapides que vous remplacerez par des fruits de saison ou des compotes.

On adopte les glucides complexes ou semi-complètes plutôt que les farines blanches. 

Pourquoi ? Pace que la farine blanche est « une calorie vide », elle vous calera sur le moment mais pas sur la durée et ne vous apportera aucun nutriment..

Et, si vous le sentez passez à la  mono-diète (une seul aliment consommé) ou un repas composé d’une soupe et de légumes.

3- Je marche, je sue, je m’hydrate

Les poumons et la peau sont 2 émonctoires extraordinaires, la peau étant le plus grand.

Pour faire sortir en douceur les toxines, rien de tel que de les solliciter. 

Aller marcher dans la nature, offrez vous un hammam ou un sauna ou à défaut un bon bain chaud.

Et pour les plus courageux, un jogging en forêt !

N’oubliez pas qu’il est primordial de marcher au minimum 30 minutes par jour, pour faire bouger vos liquides. Le corps en est rempli à 70 %, alors pas une minute à perdre.

Boire, boire, boire … hic ! 

Là il s’agit de faire une pause avec les boissons alcoolisées ou sucrées et de boire de l’eau. 

Bon à savoir,  l’alcool, outre le fait qu’il soit fortement dosé en sucres rapides, bloque toute assimilation des minéraux.

De l’eau, de l’eau et encore de l’eau !

4- Je chouchoute mon foie 

Parce que c’est l’organe clé de votre organisme !  Avec plus de 800 fonctions, son rôle sera entre autre de filtrer le sang, de concentrer les toxines dans la bile pour être évacuées, de stocker votre glucose en excès (réserve de graisses), de synthétiser des protéines et de stocker des vitamines, le fer,.. Autant dire qu’il faut garder la foie, je rigole mais vous l’aurez compris, il faut en prendre soin. 

Voici quelques astuces pour le soutenir dans son titanesque travail :

– Placez une bouillotte chaude dessus. Le foie est un organe qui travaille avec de la chaleur, en lui apportant ce dont il a besoin, vous le soulagerez et l’encourager à bosser.

– Faites le plein d’aliments qui le nettoie : radis noir, betterave, citron, curcuma

– Buvez du thé vert

Je surveille l’état de ma digestion, même si ce n’est pas très glamour, comment j’évacue est important, tout autant que ce que je mange. Quantité, qualité (si, si on dit ça), fréquence …

En bref, je reste attentif à mon estomac, mon foie et mes intestins. Je veille à ne pas avoir de brûlures gastriques et à avoir un transit irréprochable !

5- Les vertus du sommeil réparateur

Dis moi comment tu dors, je te dirais comment tu vie. Bon, pas toujours.

Cependant, le  sommeil joue un rôle primordial dans votre faculté de récupération, physique et cognitive. 

C’est pendant le sommeil que nos organes bossent le plus, les fonctions drainantes foie, poumons, peau, reins … travaillent chacun leur tour pour nettoyer, astiquer et régénérer notre magnifique organisme. Il existe d’ailleurs une « horloge » pour chacun d’entre eux. Le réveils nocturne récurent et un indicateur sur l’organe perturbé. 

Un sommeil de qualité est un sommeil réparateur. Si vous vous réveillez fatigué(e) c’est que quelque chose ne va pas.

Prise, perte de poids, compulsions alimentaires peuvent directement venir d’un mauvais sommeil. L’organisme d’une personne qui ne dort pas assez, cherchera une source d’énergie pour tenir et tendra donc à vous envoyer des signaux des « pulsions sucrées » dont vous aurez du mal à vous défaire.

Alors, vous vous sentez fatigué ? Ne lutez pas … allez au dodo.

6- Et le psychique dans tout ça ?

Je ne le dis jamais assez … devenez acteur de votre santé !

Votre nettoyage ne saurait être complet sans une prise de conscience des éléments qui vous entourent.

Le stress à répétition, un entourage nocif, un travail qui ne vous correspond plus sont autant de facteurs empêchant un bien-être général.

Nous sommes un tout.

Il y a plein de « recettes » pour apprendre, reconnaitre, maitriser ce genre de situation. Changer, par forcément, car on ne peut pas changer de collège ou de travail mais on peu apprendre à ne pas subir. 

Une fois évalué, pourquoi ne pas vous laisser accompagner par un thérapeute santé & bien-être qui vous aidera à planifier et à réaliser votre transformation.

7- On pratique la gratitude attitude

Le verre à moitié vide, à moitié plein…

Sans rentrer dans les détails, nos hormones et nos neurotransmetteurs sont directement liés à notre état psychique et par voie de conséquence à notre capacité à établir un équilibre idéal dans notre organisme.

Je le dis souvent, avoir une alimentation saine et un état d’esprit négatif c’est pareil que de manger un Macdo ! Mais ça marche aussi dans l’autre sens, manger un mille-feuille en pleine conscience de son plaisir aura moins d’impact négatif. Va pas falloir en abuser quand même.   

En résumé, un organisme heureux est un organisme qui n’épuisera pas ses réserves face au stress, utilisera chacun des nutriments que vous lui apporterez pour optimiser son fonctionnement.

A l’inverse, un organisme stressé puisera dans ses ressources impactant directement votre moral, votre état de fatigue, la qualité et la quantité de vos cheveux, influencera votre prise de poids… votre sommeil … et c’est le cercle vicieux.

Comment pratiquer la gratitude attitude ?

En sachant reconnaître et remercier pour les choses simples et jolies de votre quotidien. Le fameux verre … 

Soyons honnête, ce n’est très pas culturel chez nous. Donc au début ça peut nous paraître un peu «bébête» de remercier tout et n’importe quoi. Mais a force on acquière la positive attitude, celle qui vous fait dire, tien il pleut aujourd’hui, chouette je vais passer la journée à prendre soin de moi … ou a dessiner ou à jouer … bref à ne pas subir mais à rebondir.

Une idée pour démarrer en douceur ? : un pot à remerciements !

Dès que vous vivez un joli moment, dès que vos proches vous apportent du bonheur, à chaque bonne nouvelle,… glissez un mot dans votre boite. A ouvrir et relire à chaque baisse de moral pour vous rappeler tout ce que la vie vous apporte de positif.

8- Cure détox, mode ou intox ?

Le concept de detox ne date pas d’hier, il fait partie intégrante du concept de Naturopathie. 

Son rôle comme son nom l’indique est de faire sortir les toxines accumulées tout au long de l’année par votre corps.

Si ses es bienfaits sont multiples  avec entre autres, attention néanmoins, mal maitrisées, la cure de jus et les mono diètes sont des détox puissantes qui peuvent avoir bon nombres d’effets secondaires possibles si vous vous êtes mal préparé(e) (migraine, vertiges, acné, fatigue, épuisement, voir la possibilité de tomber malade). Je vous conseil vivement de vous faire accompagner pour comprendre et maitriser ses principes et effets.

Allez … un peu d’histoire, c’est en Egypte, que l’on a découvert est le plus ancien traité de médecine qui nous soit parvenu de l’Antiquité, ayant 3 500 ans. L’extraordinaire document intitulé « Papyrus d’Ebers ».

Il a été rédigé sous le règne du pharaon Amenhotep (1 500 ans AJC).

Ce papyrus a été découvert par Edwin Smith à Louxor en 1862, et il fut acheté ensuite par l’égyptologue allemand Georg Ebers qui lui a donné son nom car c’est lui qui eut le mérite de décrypter les hiéroglyphes de ce précieux document qui est actuellement conservé à la bibliothèque universitaire de Leipzig.

C’est aussi le plus long document écrit retrouvé de l’Égypte antique.

Il mesure plus de 20 mètres de long sur 30 centimètres de large, authentique traité de médecine de 877 paragraphes, décrivant les maladies dans toutes les branches de la médecine  telles que : rhumatologie, ophtalmologie, gastro-entérologie, gynécologie, dermatologie … avec les prescriptions correspondantes.

La pharmacopée égyptienne de cette époque citée dans le papyrus d’Ebers concerne plus 500 substances tirées du règne végétal, parmi lesquelles : myrrhe, aloès, feuilles de ricin, safran, fleurs de lotus, extrait de lys, suc du pavot, huile de baumier, résine, larmes d’encens, jusquiame, chanvre, suc d’acacia, ail, aloès, benjoin, fleurs de camomille, coloquinte, cyprès, datte, figue, racines de gentiane, grenade, laurier, mélilot, menthe, moutarde, myrrhe, noix, oignon, pistache, ricin, rose …

Et que dit le papyrus d’Ebers sur le détox ?

« Il faut commencer par purifier le corps en éliminant les miasmes ».

Les « miasmes » en question sont aujourd’hui nommés différemment, ce sont les déchets du catabolisme digestif, les éléments toxiques de notre environnement que nous respirons ou que nous absorbons, contenus dans nos aliments, ce que nous respirons, les mots, bruits que nous abordons …

Avec toute ma SEVE attitude, Caroline Naturopathe

Laissez un commentaire