Avant toute chose lire mon article sur les risques et dangers de l’utilisation des huiles essentielles. (lien sur l’article)

A mon sens c’est le minimum à avoir en huile essentielle pour bien passer l’hiver sans avoir recours aux médicaments.

En prévention et en curation dès les premiers symptômes.

 

 
Ma trousse à pharmacie d’huiles essentielles pour l’hiver.
 

Huile Essentielle de Cyprès de Provence :

aphonie, toux sèche, toux d’irritation

  • diffusion : IS
  • voie orale : sous la langue
  • voie cutanée : sur le thorax

Huile Essentielle d’eucalyptus radié :

sinusite, otite, épidémie virale, rhino, grippe …

  • diffuision : DA + IH
  • voie orale : sur prescription
  • voie cutanée : en massage ciblé

Huile essentielle de Myrte vert :

expectorante, toux grasse, bronchite, asthme …

  • diffusion : DA + IH
  • voie orale : non
  • voie cutanée : sur le thorax

HE Origan compact :

antiseptique, antibactérienne très puissante, surinfection sinusite, bronchite, grippe…

  • diffusion : IS
  • voie orale : avec avis du naturopathe
  • voie cutanée : jamais pure

HE Ravintsara :

antivirale, angine grippe…

  • diffusion : DA + IS
  • voie orale : non
  • voie cutanée : sur le thorax

Diffusion :

DA = diffusion atmosphérique

IH = inhalation humide (verser dans 1 bol d’eau bouillante 3 à 6 gouttes HE. Enfermer le visage au dessus des vapeurs, une serviette sur la tête – ou procurez vous in bol d’hinalation – 1 à 2 fois par jour en fonction de l’amélioration.

IS = inhalation sèche (on imprègne un mouchoir de quelques gouttes et on respire à fond)

 

Avantages et inconvénients de respirer des HE :

1) avantages :

– on dégage les voies respiratoires et ainsi permet l’évacuation des mucus

– on assainit et désinfecte selon la pathologie

– on désodorise, parfume, assainit l’air d’un lieux et évite ainsi la prolifération des virus.

 

2) les inconvénients :

– certaines HE sont irritantes pour les voies respiratoires ; ex : thym à thymol, sarriette des montagnes, girofle, cannelle, origan compact etc…

– Selon le modèle de diffuseur, on doit employer une certaine quantité d’HE ce qui au final coûte assez cher.

 

Voie orale :

Sur un comprimé neutre, dans du miel ou directement sous la langue.

Elle est utilisée pour traiter les infections internes. En comprimé ou dans du miel elles atteindrons le système digestif, sous la langue elles passeront par le système sanguin.

Pour les infections de type ORL il la faut poser directement SUR la langue pour un effet immédiat !

 

Voie cutanée :

En compresse chaudes : courbatures, douleurs musculaires, névralgies etc…

En compresse froides : inflammation, brûlure, piqûre d’insecte, herpès etc…

Les compresses seront utilisées surtout pour les entorses, maux de tête/migraines. Elles obligent le corps à réagir en modifiant la température, permettent de traiter une grande zone et de prolonger le traitement tout en faisant autre chose.

En massage direct qui aura pour but de drainer les déchets pour en permettre l’évacuation et ainsi de relancer et amplifier la réponse immunitaire. Selon la zone à traiter : stress / anxiété sur le plexus solaire. Circulation veineuse : jambes, cellulite. Maux de tête : tempes et front. Courbatures, entorse, arthrose : en massage local ciblé. Sinusite, rhume, otite, bronchite : en onction sur le nez, la poitrine, autour des oreilles. Troubles digestifs : sur le ventre.

Mon conseil de naturopathe

 

L’aromathérapie c’est à dire l’utilisation médicale n’est pas anodine. Très concentrées en principes actifs elles contiennent aussi des principes toxiques, voire caustiques. Elles ont un pouvoir thérapeutique très élevé. Encore faut il savoir les utiliser à bon escient. Il est donc nécessaire de demander conseil à un spécialiste et de respecter la durée du traitement ainsi que la posologie.

De façon générale, les enfants, femmes enceintes ou allaitantes doivent éviter les HE et certaines sont déconseillées aux asthmatiques.

1 commentaire

Laissez un commentaire